Rechercher

Comment rebondir à cette annonce d'un deuxième confinement ?

Nous y sommes, encore ...

Pendue aux lèvres de notre cher Président, comme des millions de Français, j'attends la sentence. Et le couperet tombe : le confinement généralisé est de retour et égoïstement, tout ce que je vois, c'est que mon beau studio tout neuf est administrativement fermé. Mon studio est fermé, vos magasins sont fermés, vos bureaux sont fermés, nos vies sont chamboulées, à tous. Nous sommes dans le même bateau et la houle est forte, très forte.


Jeudi matin, le réveil est difficile. C'est le jour d'après. C'est aussi le jour d'avant, avant qu'on ne soit plus autorisés à sortir librement. Je suis comme anesthésiée. Par réflexe, je prends le taureau par les cornes et je mets en place, tout de suite, ce que j'avais préparé pour le studio, mais que j'espérais tellement ne pas avoir à utiliser : les mesures de reconfinement. Je suis là, bien là. Je fais mon travail.

Puis, je retourne à mon état de sidération, c'est venu si vite.

Vers 18h, je sors faire une course, in extremis, des pots de peinture. La maison est à repeindre, autant mettre à profit ce temps enfermée.

Vendredi, je suis toujours aussi angoissée au réveil, alors j'ai ouvert mes pots de peinture, pour oublier, pour me changer les idées, pour ne pas penser à tout ça.


Seulement, une fois mes portes repeintes et mes pots de peinture refermés, l'angoisse était toujours là. Certes, j'ai des belles portes, c'est un bon début, mais rien n'a disparu. Je n'en suis pas à un coup d'essai avec la technique de l'autruche et si la pratique du yoga m'a appris une chose, c'est que nous pouvons pousser au second plan tout ce qui nous encombre, ça reviendra à la vitesse grand V, à moins qu'on décide consciemment de regarder les choses en face et d'agir.



Alors on utilise la sagesse ancestrale du Sutra 2.33:  vitarka-bādhane pratipakṣa-bhāvanam.

"Quand notre esprit est perturbé par des pensées négatives, nous devrions amener à notre esprit les pensées opposées (positives)."

On observe nos pensées, on les accueille, on les accepte, on leur donne de l'importance, mais nous avons aussi la possibilité de les transformer. Nos pensées s'impriment en nous comme un mantra que nous nous répétons constamment.

Parfois, nous passons à côté, et c'est normal, mais les fois où nous sommes spectateurs de nos pensées et où nous sommes conscients de leur caractère négatif, alors nous sommes en pleine puissance, nous pouvons agir.


Pema Chödrön dit dans son magnifique ouvrage "Quand tout s'effondre - Conseils d'une amie pour des temps difficiles" qu'il est indispensable de laisser la place à chaque chose, chaque pensée, d'être, de juste être. Elle partage aussi les mots de son professeur Chögyam Trungpa Rinpoche qui dit que le chaos devrait être vu comme une extrêmement bonne nouvelle.

Certes, la perception immédiate de ces mots est très clairement teintée de réticence. Toutefois, le parcours et la crédibilité de cette femme, moniale (moine) bouddhiste, laisse à réfléchir.

Prenons du recul. Nous savons que chaque épreuve à quelque chose à nous apprendre.


Le premier pas vers notre développement personnel et spirituel, vers notre transformation, est la modification de nos pensées : Pratipaksha Bhavanam.


C'est un début, pratipaksha bhavanam.


Bon courage à tous mes chers yogis et chères yoginis.


9 vues

On se retrouve sur le tapis !

  • Instagram - Black Circle

© 2020 par Kalyana Yoga. Créé avec Wix

Mentions légales - CGV

23 chemin du petit versa, 56860 SENE